Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 22:23

La classification des différentes partis politiques en Tunisie est une question compliquée, vu leurs nombres (111 partis politiques), et vu la difficulté de déterminer leurs véritables orientations politiques et idéologiques.


A vrai dire, on manque énormément de la culture des partis politiques. Et en parlant des « A7zeb », on se pose souvent la question : Qui est de la droite ? Et qui est la gauche ?

 

Les notions de droite et de gauche renvoient à une opposition en politique qui, depuis la France de 1789 s'est étendue dans une grande partie des systèmes politiques d'assemblée. L'évolution et les nuances de cette bipolarisation opposent globalement :

 

* La défense d'un ordre efficace respectant l'autorité et la propriété (Droite);

* la revendication d'un progrès égalitaire organisé par l'état (Gauche).


 

La classification des partis politiques droite-gauche est quasiment impossible dans le paysage politique actuel. En se basant sur quelques travaux, on a décidé de classer nos chers « A7zeb » dans six principales branches :


1 – Les partis nationalistes « 8 partis » ;

2 – Les partis socialistes « 10 partis » ;

ð  On peut imaginer une possible alliance entre ces deux branches, déjà il existe deux partis politiques socialistes nationalistes (Panarabistes).


1..

2..


3 – Les partis communistes « 11 partis » ;

3-jpg

 

4 – Les partis centristes : Centre gauche « 10 partis » ;

                                        Centre « 24 partis » ;

                                        Centre droit « 18 partis » ;

4.jpg

56..

 

5 – Les partis Libéraux « 4 partis » ;

 

6 – Les partis islamistes « 5 partis ».

7.jpg


Certes, cette classification est loin d’être parfaite, mais avant trois semaines des élections, elle est très facile à assimiler par les tunisiens.  

Repost 0
Published by Alaa-H - dans Tunisie
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 01:37

Certes, la sécheresse est la cause primaire de la malnutrition, un élément déclencheur de cette catastrophe humanitaire. Cependant, d’autres causes expliquent pourquoi en Somalie plus qu’ailleurs, ce drame n’a pu être endigué : C’est Lina ben M’henni.


Si on maîtrisait déjà la technologie de téléportation (La téléportation c’est le transfert d’un corps dans l’espace sans parcours physique des points intermédiaires entre départ et arrivé), on aurait certainement entendu parler de la vérité tant attendu depuis 1963, qui est la mort de JFK, ce n’est pas Lee Oswald qui l’a tué, c’est Lina.


Mince !! Ce n’est pas le bon exemple, Un agent de la CIA, de la DGSE et du Mossad au même temps n’à pas intérêt à tuer le président JFK. Bref, le plus important pour nous et notre mission actuellement, c’est d’essayer de coller le nom de notre ennemi « Lina Ben M’henni » à toutes crises ou catastrophes naturelles.


 312033 153410634753165 100002526875777 255910 1167551833 n

 

Ce que j’ai lu depuis deux jours sur tous les supports médiatiques, est un véritable signe d’ignorance et de jalousie. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé de parler et pour la première fois sur un sujet non économique. Je vous résume quelques commentaires :


Lina est une militante de l’extrême gauche : J’ignorai que les gauchistes tunisiens ne sont  pas tunisiens ;


A 26 ans, Lina est déjà une professeur. En parallèle, il y’a des milliers des professeurs universitaires chômeurs et qui ont dépassé la quarantaine :  Mais bien évidemment, on n’appellera jamais un chômeur pour représenter son pays dans un prix pareil, et chaque personne dans ce monde aura certainement une chance qui doit  la saisir. Lina a eu la chance d’être une professeur à 27 ans, et elle l’a saisi, tant mieux pour elle ;


Il y’a une dizaine de blogueur en Tunisie, pourquoi elle ???? Mais on doit choisir un seul, pas quatre ou cinq blogueur, enfin de compte c’est une blogueuse tunisienne ;


Si elle a été élu, c’est parce qu’elle est pistonné. Que dieu nous protège de la jalousie ;


Lina a visité une seule fois Sidi Bouzid, et n’été pas là en pleine révolution et répression policière, elle été à Tunis : J’ai oublié que Tunis est la capitale de la Mongolie ;


Lina porte des Mini- jupes : De quoi je me mêle. Elle porte un Hijab, Bikini, ou Sefsari, elle est tunisienne après tout ;


Le CIA finance le prix Fullbright que Lina l’a gagné en 2008 : On s’en fout de la source de financement des prix ou des concours pareils. Les lobbys sionistes financent et possède toute l’industrie du Tabac. Alors, arrêtez de fumer !


Ce n’est pas logique que Lina est la première arabe et musulmane qui a gagné le prix de la meilleure blogueuse au monde le 12 avril : Chaque chose à un début ;


Lina n’est pas une vraie patriote et révolutionnaire car elle n’a pas été emprisonnée ou torturée : J’ignorai que la torture et la prison est un symbole de patriotisme.


Bref, le ridicule tue.


La nomination de Lina ben M’henni pour le prix Nobel de la paix représente une victoire pour notre Tunisie et notre révolution. Nous sommes tous des tunisiens et nous aimons tous notre cher pays, chacun de nous a participé à sa manière, à la révolution de la liberté, soit sur  Facebook, soit dans les rues et les manifestations et soit sous la couette chez soi en regardant Channel 2 ou Nile aflam. Mais enfin de compte, il y’aura un seul gagnant et un seul élu ou nominé pour représenter notre Tunisie. Mohamed, Saleh, Meriem ou X, sont tous des tunisiens et leurs victoires, c’est la notre.


Je souhaite insister sur le point que la nomination de Lina pour le prix Nobel de paix est uniquement une reconnaissance à notre révolution, une reconnaissance à notre Chers inoubliables martyres, et une reconnaissance au peuple tunisien.


Cependant, certains se demandent sur la raison pour laquelle Lina a été choisi. C’est tout simplement, elle été toujours sur le devant de la scène depuis 2006, par ses moyens et ses idées afin de revoir une autre Tunisie différente que celle de ZABA. C’est vrai qu’on ne doit jamais oublier tous les blogueurs qui ont participé de près ou de loin dans des opérations organisées contre la censure du net à l’ère de ZABA. J’ignore complètement qui a fait plus d’articles ou d’efforts, on ne pourra jamais calculer le mérite de chacun, mais il y’aura un seul élu et nominé, et Lina qui a été élu, Lina la tunisienne.


Certainement, vous savez qui a gagné le prix Nobel de la paix en 2009, c’est monsieur le président américain Barack Obama. Sachant que La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a enregistré au cours de l’année 2009, une augmentation de 24% des victimes civiles par rapport à 2008. Effectivement, Mr Obama méritait bien le prix Nobel de la paix.


Je ne connais pas Lina, je n’ai jamais vu et peut être qu’on ne se verra jamais, mais je la soutiens, je l’encourage, et je souhaite de tout mon cœur qu’elle gagnera, car sa victoire, sera celle de Notre Tunisie. Sachant que cette victoire tant attendue, sera une première pour la Tunisie.


Bonne chance miss Lina, on est tous avec toi. Et la main dans la main, on construira une meilleure Tunisie.


Un dernier mot : «Les chiens aboient,  la caravane passe».

Repost 0
Published by Alaa-H - dans Tunisie
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 21:37

Repost 0
Published by Alaa-H - dans Géostratégie
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 21:00

Nous parlons de plus en plus des PME « Petite et moyenne entreprise », pourquoi ? Depuis la crise des Subprimes, nous entendons dire que les PME sont le moteur de l’économie européenne d’une part – Selon Mr. Günter Verheugen – Membre de la commission européenne chargé des entreprises et de l’industrie. D’autre part, nous lisons dans des divers articles qu’elles constituent une source d’emplois essentiels, ou même elles engendrent un vrai esprit d’entreprise et d’innovation au sein d’un pays. Ce que je peux confirmer ce que le rôle des PME devient de plus en plus décisif, et je pense sincèrement qu’elles joueront un rôle central dans la nouvelle stratégie mondial pour une croissance intelligente, durable et inclusive.

Je souhaite parler tout d’abord du contexte économique actuel que nous le vivons chaque jour sans se rendre compte de son changement. A vrai dire, la mondialisation est considérée aujourd’hui comme la transformation la plus importante qu’a connue le monde au 20ème siècle. Plusieurs facteurs ont contribués à ce changement tel que la libéralisation du commerce international, les accords économiques continentaux et internationaux, la disparition des frontières nationales et les innovations dans le transport et les technologies de l’information et de communication.

Pour s’adapter à ce nouvel environnement caractérisé par l’instabilité et l’incertain, Les agents économiques et plus précisément les entreprises doivent décider et agir afin de mieux prévoir les marchés à venir et les stratégies des concurrents.

En effet, la gestion stratégique de l’information économique est devenue l’un des moteurs essentiels de la performance globale des agents économiques. Le processus de mondialisation des marchés contraint ces mêmes agents à s’adapter aux nouveaux équilibres qui s’établissent entre concurrence et coopération. Désormais, la conduite des stratégies industrielles repose largement sur la capacité des entreprises à accéder aux informations stratégiques pour mieux analyser, mieux anticiper les marchés à venir et les stratégies des concurrents et par conséquent, décider et décider sans cesse pour suivre ce perpétuel changement. Détenir l’information est plus important que produire, c’est le fondement d’une nouvelle économie : l’économie du savoir. Les transformations évoquées ci-dessus ont été à la base des changements des stratégies d’internationalisation des entreprises.

La stratégie d’internationalisation des entreprises n’est plus l’affaire des FMN « Firme multinationale », le développement des technologies de l’information et de la communication ainsi que la globalisation des marchés ont eu pour conséquence l’accélération des processus d’internationalisation des PME.

Dans cette ligne, nous pouvons réaliser un état des lieux des PME au contexte actuel dans lequel elles évoluent :

ü  La globalisation des marchés et des environnements s’accélère ; De ce fait, Les PME doivent évoluer dans un environnement global international.

ü  De leur côté, les FMN et les grandes entreprises répondent aux  changements de leur environnement socio-économique en se concentrant sur les compétences qui présentent leurs points forts, autrement dit sur leur cœur de métier. Les FMN cherchent ainsi de plus en plus à reporter à l’extérieur, les tâches qui ne constituent pas leur cœur de métier et pour lesquelles elles n’ont pas de compétences et de savoir-faire développés. Ces dernières, dans un rapport de force qui leur souvent favorable, ont des exigences fortes notamment en terme de qualité des produits et services rendus, et d’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. 

ð  Ce qui confirme l’idée citée au début de cet article qui souligne l’importance d’une ampleur de plus en plus grande des PME.

ü  La globalisation génère également aux PME deux risques possibles :

§  Une compétition plus intense entraînant des risques  accrus de menaces concurrentielles.

§  Nouveaux risques auxquels les PME ne sont pas habituées soit parce qu’elles ne savent pas les détecter à temps, soit parce qu’elles ne savent pas les traiter.

Le contexte général de l’environnement socio-économique des PME se caractérise donc par l’arrivée de nouveaux risques mais également de nouvelles opportunités. Elles se doivent donc, par un dispositif adéquat, de détecter ces nouvelles opportunités tout en évitant les risques éventuels pouvant les conduire à l’échec. La mise en place d’un dispositif de veille stratégique paraît fortement recommandée.

Dans cet article qui présente également le sujet mon travail de recherche actuel, j’ai voulu étudier les défis que les PME doivent relever dans un contexte post crise financière, dans un environnement incertain et dans un système capitaliste qualifié d’extrémiste.

Les défis que je souhaite étudier :

  • Le défi de l’internationalisation ;
  • Le défi de l’innovation ;
  • Le défi de l’intelligence économique.

De nombreuses PME ne disposent pas des moyens financiers et humains ou encore de l'expérience nécessaires pour étendre seules leurs activités sur les marchés étrangers. Le partenariat est une solution pour contourner ces obstacles. 
Par le biais d'alliances, les entreprises mettent en commun leurs compétences et savoir-faire respectifs et partagent les risques et les coûts en vue d'atteindre un objectif commun et de favoriser leur compétitivité respective à long terme.

D’autres PME préfèrent le contrôle de leurs activités sur les marchés étrangers, afin d’éviter les conflits d’intérêts, et les problèmes de prise de décision. Donc la première question que je pose :

ü  Quel développement international pour les PME dans un contexte après crise ?


Dans un contexte parallèle, certains analystes affirment que les différentes options stratégiques actuelles, sont avant tout, des stratégies de survie. « Survivre » est devenue l’objectif principal des dirigeants des PME d’aujourd’hui.  Comme nous savons que le meilleur moyen de se défendre, c’est l’attaque, les PME doivent adopter des options stratégiques offensives afin de garantir leurs pérennisations. Dans ce cadre, les stratégies d’innovation paraissent comme les seules capables de créer un potentiel de survie et  de protéger à moyen et long terme les positions des PME.

Ma deuxième interrogation concerne donc les stratégies d’innovation :

ü  Quelles sont les différentes stratégies d’innovation adoptées par les PME depuis la crise de 2008 ?


A partir de ces deux enjeux, je pense qu’il existe une relation entre les stratégies d’innovation et les stratégies d’internationalisation. Donc ce point mérite d’être analysé dans mes prochains articles :

ü  De quelle nature cette relation entre les deux stratégies, les PME parviennent-elles d’assurer les deux stratégies au même temps ?


Les PME expriment quotidiennement des préoccupations stratégiques, des préoccupations qui concernent l’avenir de leurs produits et de leurs marchés, le risque de perte d’un client important, les perspectives d’élargir le domaine d’activité, différencier les produits et du positionnement stratégique, lancer un nouveau projet, Détecter les besoins des clients ou des nouveaux entrants sur le marché, internationaliser, innover et aiguiller son positionnement stratégique.

La solution pour ces préoccupations consiste à la mise en place d’un dispositif de veille stratégique. Une question primordiale se pose elle-même :

ü  Quelle est le rôle de l’intelligence économique dans l’internationalisation des PME innovantes ?


Je pense que cette mise en relation entre les PME et ses enjeux dans cette économie mondialisée, nous donnera un parfait champ de vision et nous permettra de bien comprendre la démarche de développement stratégique de ces acteurs, que je les imagine comme la future locomotive de sortie de la crise, une crise meurtrière qui n’épargnent personne si nous ne bougerons pas.

 

Repost 0

Présentation

  • : Authentic Revolution
  • Authentic Revolution
  • : Only God Can Judge Me, Now!! https://twitter.com/AlaaHajlawi
  • Contact

Zik To Listen & Read

Recherche